Blockchain, la révolution fintech (et plus encore)

Blockchain : c’est le mot du moment dans la fintech, la technofinance qui vise à remplacer les banques traditionnelles. Au cours des quatre premiers mois de 2016, pas moins de 8,5 milliards de dollars ont été investis dans la fintech et, sur ce montant, environ 220 millions de dollars devraient être investis dans la blockchain.

Mais qu’est-ce que la blockchain ?

Il s’agit d’une base de données qui devrait profondément révolutionner le système économique, en modifiant les concepts de transaction, de propriété et de confiance. Il s’agit d’un « grand livre transnational » sécurisé partagé par toutes les parties opérant au sein d’un réseau informatique distribué donné. Il enregistre et archive toutes les transactions qui ont lieu au sein du réseau, éliminant ainsi le recours à des tiers de confiance.

Mia ce n’est pas uniquement cela. Cette technologie est quelque chose de plus : elle peut être comparée à une machine ou à un algorithme dont les applications sont infinies, en fonction de la confiance générée par le système. Chaque nœud du réseau vérifie l’information et l’envoie au nœud suivant dans une chaîne composée de blocs (d’où le nom).

La blockchain représente donc une véritable révolution dans plusieurs domaines : elle peut remplacer un acte notarié, par exemple, ou changer le mode de scrutin et modifier le concept de bureau de vote, précisément parce que chaque transaction est contrôlée par un réseau de nœuds qui en garantit l’exactitude et peut maintenir son anonymat.

Les avantages sont énormes : sécurité, simplification, réduction des coûts, élimination des tiers.

Blockchain : les start-ups qui y croient

De nombreuses personnes croient au potentiel de la blockchain. Même l’Association bancaire européenne (ABE) est convaincue de la validité et de la sécurité de cette technologie.

Parmi les startups qui fondent leur cœur de métier sur ce mécanisme, on trouve la californienne Blockstream, qui a levé 55 millions de dollars dans le but d’accélérer et de sécuriser les services de trading et de courtage grâce à Liquid, un service qui vise à améliorer l’efficacité des capitaux et à assurer la rapidité des échanges entre courtiers.

Bitwala, grâce à la blockchain, permet les retraits aux guichets automatiques et les paiements sur tout site de commerce électronique adhérant au circuit Visa, même pour ceux qui n’ont pas de compte bancaire.

Dhh, Digital Asset Holdings, est une société basée à New York qui entend révolutionner le système financier traditionnel en créant des applications qui utilisent la blockchain uniquement pour des réseaux privés entre opérateurs financiers, garantissant une infrastructure cryptographiquement sécurisée et partagée.

Elliptic, de son côté, pense à la sécurité. La société a développé des services de détection de la fraude sur le réseau, dans le but de détecter les activités illégales dans les transactions blockchain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *